Carburant : les prix repartent encore à la hausse !

La ristourne générale précédemment instaurée par le gouvernement a pris fin le 31 décembre dernier.

Par Aylan-afir Publié le 12/01/2023 à 16:04
Notez cet article

Cette nouvelle signifie que les prix du carburant repartent à la hausse. Déjà sévèrement mis à mal par de multiples hausses de prix, le pouvoir d’achat des Français sera rudement impacté. Conjuguée à la réforme des retraites, cette flambée promet un contexte social encore plus tendu dans les prochains jours.

La fin de récréation

Face aux hausses répétées des prix du carburant à la pompe, le gouvernement français avait décidé, le 1er avril 2002, d’instaurer une “ristourne générale”. Celle-ci concernait l’ensemble des ménages français, de manière inconditionnelle et indépendamment de leurs revenus et de leurs ressources. Cette mesure d’urgence avait pour but de stopper l’hémorragie de l’envolée des prix des carburants à la pompe.

Cette ristourne avait permis de limiter les dégâts occasionnés au pouvoir d’achat des Français. Il faut dire qu’entre la hausse des prix des denrées alimentaires et la flambée des frais du loyer, cette ristourne avait permis de donner un bol d’air aux ménages les plus démunis. Hélas, depuis le 1er janvier dernier, cette ristourne n’est plus en vigueur.

En moyenne, le gazole était facturé à 1,8994 euro le litre, soit une augmentation de 13,29 centimes en une semaine. Concernant le sans plomb 95, il s’établit désormais à 1,8516 euro le litre, une hausse de 17 centimes. Pour le sans plomb 95-E10 enfin, la hausse est de 19,23 centimes. Son prix actuel est de 1,8346 euro le litre.

Le gouvernement français s’inquiète, d’ores et déjà, de ces hausses. Pour rappel, c’est le même type d’augmentation qui avait donné lieu à la contestation des Gilets jaunes. Un mouvement qui avait plongé la France dans des mois de grève avec des manifestations à travers tout le pays, induisant un contexte de violences sans pareilles.

L’instauration d’une indemnité sur le carburant

La ristourne, qui avait été décidée et appliquée à partir du 1er avril dernier, permettait à l’ensemble des ménages d’économiser 30 centimes par litre de carburant consommé. Considérée à son lancement comme urgente, cette mesure avait été prolongée au mois de novembre et a pris fin le 31 décembre dernier. Elle visait à contrer la hausse des prix des hydrocarbures, l'une des nombreuses conséquences difficiles de la guerre en Ukraine

Une “indemnité sur le carburant” viendra désormais remplacer cette ristourne. Or cette fois-ci, l’indemnité en question ne concerne que les actifs les plus modestes. Cette prime, d’un montant fixe de 100 euros, ne profitera qu'aux ménages les plus nécessiteux. Ce sont ainsi 10 millions de ménages qui se verront attribuer cette aide financière dont le revenu annuel ne dépasse pas les 14 700 euros.

Notez, par ailleurs, que si un même ménage dispose de deux véhicules, il se verra attribuer une double prime, pour atteindre les 200 euros. Il reste à savoir si cette mesure suffira à apaiser un contexte social déjà extrêmement tendu.