Nikos Aliagas : l’animateur dévoile son plus gros complexe physique

Nikos Aliagas s’est livré, dans le dernier numéro de Gala, sur son plus gros complexe physique

Par Aylan-afir Publié le 04/04/2023 à 16:21
Notez cet article

Habitué à écouter les révélations les plus intimes de ses convives dans ses émissions, à l'instar de 50'Inside, Nikos Aliagas s'est fait prendre à son propre jeu. En effet, cette fois, c'est à son tour de faire des confidences intimes lors d'une entrevue avec nos confrères de Gala.

« Avec le temps, je ressemble de plus en plus à mon père » 

Des confidences les plus bouleversantes qu'on lui a faites à l'antenne, on se souvient encore de celles d'Alizée. L'animateur de 53 ans lui avait demandé de raconter son enfance, ce qui a beaucoup ému la chanteuse. « La vraie histoire, c'est que quand j’étais au primaire, je n’avais pas d’amis. Je n'étais jamais invitée aux anniversaires. Toujours toute seule. On se moquait un peu. J’avais des lunettes. Ce n'était pas du harcèlement scolaire, mais c'étaient les prémices », a-t-elle raconté, en pleurs.

Mais sur le plateau de Nikos Aliagas, il se produit également des choses touchantes, à l'exemple de la déclaration de Christophe Mae à sa bien-aimée. Sous les encouragements de l'animateur, le chanteur a adressé un doux message à sa compagne avec qui il est en couple depuis 20 ans : « Ma femme, c'est tout. C'est tout pour moi ».

Par ailleurs, si le conjoint de Tina Grigorou a toujours eu le don d'écouter les confidences des autres, il lui arrive, par moments, de se livrer. Et c'est dans le dernier numéro de Gala qu'il a choisi de se confier sur ses complexes physiques. « Avec le temps, je ressemble de plus en plus à mon père Andréas, je vois aussi le grand front de mon grand-père Spyros », a-t-il déclaré. Et de poursuivre : « Je vois certainement encore un peu cet enfant un peu mélancolique. Un doux rêveur qui n’avait pas confiance en lui ».

Dans la suite de l'interview, l'animateur a fini par avouer ce qui le complexe le plus physiquement.

« Mes cheveux, ou ce qu'il en reste ! »

Arrivé à un certain âge, de nombreuses personnes commencent à souffrir de la perte de cheveux. Mais si certains assument fièrement leur calvitie, pour d'autres, c'est une réelle source de souffrance. C'est notamment le cas du présentateur de The Voice, Nikos Aliagas.

En effet, lorsque les journalistes de Gala l'ont interrogé sur son plus gros complexe, il a répondu tout de go : « Mes cheveux, ou ce qu'il en reste ! » Et d'ajouter avec humour : « Comme dirait un ami, les cheveux ne tombent pas, ils déménagent ! Ils quittent le crâne pour aller pousser ailleurs, le dos par exemple ».

Il avoue, par la suite, que son complexe l'a poussé à aborder le sujet avec d'autres célébrités qui souffrent comme lui de calvitie. « J’ai de grandes discussions avec Pascal Obispo et Nicolas Canteloup qui me racontent quasiment la même chose : 'Tant que tu n’as pas rasé ta tête, tu ne sais pas qui tu es ! » a-t-il souligné. Pour autant, le journaliste s'accepte tel qu'il est et ne souhaite aucunement avoir recours à la chirurgie.

« Je ne suis pas un grand adepte du bistouri. Je n’ai rien modifié sur mon visage. (...) Pourquoi devenir un autre ? (...)  Mais je peux comprendre qu’une femme ou qu’un homme ait besoin d’être rassuré », conclut-il.

Laisser un commentaire

* Champs requis