Retrouvez nous aussi sur

0

Partages

532K

Vues

Des photos choc des effets du nucléaire 70 ans après Hiroshima et Nagasaki

Publié dans par La Rédaction

Ni les hommes ni la nature ne sont à l'abri...

Si on connaît les dégâts du nucléaire sur les fruits et les animaux, c'est surtout à cause de l'accident de Fukushima, il y a maintenant quelques années

 

Ce concombre, cueilli dans un jardin situé proche de Fukushima, a muté et donné des feuilles

 

concombre près de fukushima

 

Des tomates cueillies dans le même jardin, à côté d'une tomate normale

 

tomate déformée après l'accident de fukushima

 

Des marguerites près de la centrale nucléaire

 

fleurs près de fukushima

 

Le lapin né sans oreilles, à Fukushima

 

lapin sans oreille

 

Et les conséquences pourtant désastreuses d'une fuite relativement petite ne sont rien en comparaison avec les souffrances vécues en 1945 après les bombardements nucléaires que le Japon a subi.

 

Et si dans les deux cas le Japon a agi vite et les Japonais sont restés très dignes, ce peuple a grandement souffert de l'utilisation de l'arme nucléaire.

 

Dans le souffle de l'explosion, Hiroshima et Nagasaki ont toutes deux été réduites en cendres au niveau de l'hypocentre  :

 

photo de hiroshima après l'attaque nucléaire

 

Les personnes se trouvant trop proches de l'explosion ont été rayés de la surface dans une cruauté impitoyable

 

photos de la personne incinérée dans le souffle de l'explosion de hiroshima

 

Les experts pensent que cette photo représente ce qui reste d'une personne qui s'était assise sur les marches, devant la banque. Elle aurait été réduite en cendres dans la seconde de l'explosion. A moins de 250 mètres de l'hypocentre, le corps a brûlé si vite que les dalles, pourtant de pierre, portent toujours la trace de cet inconnu, mort sans nom.

 

Le 6 août 1945, à 8h15,  en une seconde, 75 000 personnes ont été immortalisées dans leurs activités les plus quotidiennes. Pères, mères, enfants, tous ont senti leur corps se désintégrer à une chaleur ayant fait fondre métal et pierre.

 

Un jeune enfant dans une position d'agonie qui n'a malheureusement pas survécu à ses brûlures, à 700 mètres de l'hypocentre

 

photo d'un petit enfant mort à hiroshima

 

Les personnes un peu plus "chanceuses" vivant plus loin de l'hypocentre ont été gravement brûlées sur la majorité du corps

 

un homme essaie d'aider un brulé de hiroshima

 

On peut voir ici un homme, ayant eu une jambe entièrement désintégrée par l'explosion, dans une position de supplique, brûlé sur la totalité du corps, fusionné avec les pierres du sol. John Hersey, le premier photographe occidental ayant couvert l'évènement, essaie de le soulager en lui versant de l'eau sur le corps, pour le refroidir et atténuer sa douleur. L'homme n'y survivra pas.

 

A l'issue des heures suivant l'impact, la majorité des grands brûlés, les personnes les plus proches de l'hypocentre ont reçu comme une bénédiction l'arrivée de la mort.

 

En s'éloignant encore de l'hypocentre, on rencontre des femmes et des hommes dont le motif de leurs vêtements restera à jamais imprimé sur leur corps

 

une femme a eu le motif de sa robe imprimé sur sa peau à cause du souffle de l'explosion à hiroshima

 

Sur cette photo, on aperçoit une femme, dont les coutures de la robe ont pénétré la chair, dans une souffrance semblable à celle que l'on pourrait ressentir en se frottant les doigts sur une corde qui s'enfoncerait lentement dans notre peau.

 

On fait aussi la rencontre d'un enfant qui deviendra un fervent activiste anti-nucléaire

 

garcon brulé sur le corps

 

Cet adolescent a reçu des brûlures chimiques (dues aux radiations ) sur les 3/4 de son corps. Il aura mis 3 ans et 7 mois à se remettre de la bombe, et est devenu papa à deux reprises. Il se souvient de ce qui lui est arrivé :

 

A ce moment là, je roulais sur mon vélo rouge, dans les rues de la ville de Sumiyoshi, à environ 2 km de l'hypocentre. J'avais 16 ans, et cela faisait 2 ans que je travaillais comme vendeur de journal. Quand c'est arrivé, j'ai été aveuglé par le flash et jeté à près de 3 mètres de là où j'étais. L'explosion est arrivée par la fauche, et mon vélo a été complètement tordu. Je trouvais cela bizarre de ne pas saigner, et je n'ai commencé à ressentir la douleur qu'une fois arrivé dans l'abri sous terrain, environ 300 mètres plus loin. Au moment ou j'ai atteint l'abri, j'ai senti une douleur comme jamais je n'en ai senti traverser tout mon corps. De là, pendant trois jours et trois nuits, j'ai pleuré de douleur, jusqu'à ce qu'on vienne enfin me sauver, et on m'a ensuite envoyé dans une cabane de premiers secours.

 

Nous n'avions pas de pommade, alors nous utilisions un mélange d'huile et de cendres pour apaiser les brûlures, et j'ai perdu le compte du nombre de fois où j'ai supplié qu'on me tue. J'étais désespéré, seul, et j'avais mal. On m'a opéré, et j'ai échappé à la mort, alors je suis retourné au travail.  Parce que j'ai abandonné la vie à ce moment là, je veux me rattraper en me battant contre le nucléaire.

 

En page 2, découvrez les terribles conséquences qu'ont eues les radiations sur les corps des survivants

Partager

gautamtricks, gensuikin, 被爆者wiki
publicité

COMMENTER AVEC FACEBOOK

rejoignez nous sur facebook

Nous écrivons des articles comme celui-ci tous les jours !

pausecafein
^