Yannick Noah : brisé, il s’effondre devant le président Emmanuel Macron

Presque 40 ans après sa victoire à Roland Garros, Yannick Noah est toujours une énigme. Celui qu'on prenait pour u n roc est en réalité un hypersensible.

Par Aylan-afir Modifié le 21/10/2022 à 17:43
Notez cet article

Au tennis ou sur scène, Yannick Noah est une personnalité à part. En tout cas, la venue d’Emmanuel Macron en Afrique, c’est la goutte d’eau !

Yannick Noah, plus cash que jamais !

Comment oublier ce jour de juin 1983 ? Pour celles et ceux qui Yannick Noah a pu inspirer, c’est mission impossible ! Quatre décennies après ses sanglots ainsi que sa danse de la joie, il n’en revient toujours pas. Certes, il vient de quitter la France pour s’installer dans le pays de ses ancêtres. Au cours de l’entretien accordé au Journal du Dimanche, il tombe enfin le masque. Alternant entre douceur et colère, il ne prend pas de pincettes, quitte à démolir certains préjugés. C’est parti, accrochez-vous, nous rentrons dans une zone de turbulences !

Raquette ou micro ? Yannick Noah a fait son choix !

Dire que l’équipe de Pausecafein aurait adoré être une petite souris pour assister aux répétitions est un euphémisme. Pourtant, Yannick Noah nous l’assure, il n’est facile pas à gérer. "Quand la tournée débute, je grogne un peu, car je laisse ma vie qui est cool." Heureusement, le contact avec ses fans arrive à lui faire oublier ses malheurs. Des étoiles dans les yeux, il évoque l’état d’euphorie dans lequel il se trouve. Avec humour, il la compare à une "piquouse du bonheur" ou encore à un "shoot d’adrénaline" ! En ce qui concerne le trac, ce n’est absolument pas son genre. Admiratif des performances de Rafael Nadal, il estime néanmoins qu’il n’est pas né celui qui arrivera à le faire stresser. Or, il était loin de se douter que le mari de Brigitte Macron allait toucher un point sensible !

Sur un terrain de tennis, Yannick Noah n’est pas le même. Soulignant qu’il se sent puissant quand il gagne un match mais plus bas que terre quand il perd, il nous précise son palmarès. Sur "200 tournois, [il en a] remportés 23." Et s’il devait en faire le décompte sur un calendrier, ça lui brise le cœur !

Ce moment où tout a basculé !

En 2014, il est à la croisée des cheveux. Cher ami de Pausecafein, on vous conseille d’écouter les paroles de ce tube. Huit ans après les faits, il n’a rien oublié de ce tsunami médiatique. "Je me suis fait déf*ncer sur les réseaux sociaux : tout à coup, j’étais un Africain, on m’invitait à rentrer chez moi, on me traitait d’exilé fiscal…" C’est pour toutes ses raisons et bien davantage encore qu’il a fait définitivement ses valises.

En juillet, la visite d’Emmanuel Macron lui met du baume à l’âme. Devenu le chef du village de son géniteur, il tient à transmettre les traditions aux plus jeunes. Ce souvenir, il le grave en lui, au moins jusqu’à son dernier souffle. "Quand il s’est incliné sur la tombe de mon père et de mes ancêtres, j’ai craqué." Il a beau se vanter d’être à l’abri des ennuis dans une carapace en titane, cet artiste a une sensibilité à fleur de peau. Ça tombe bien, on l’adore (aussi) pour ça !

Merci à nos confrères du Journal du Dimanche

Laisser un commentaire

* Champs requis