« Une café, un rail de coke » : les confidences bouleversantes de la fille de Daniel Balavoine sur ses addictions

Accro à la cocaïne pendant ses 15 ans, Joana, la fille de Daniel Balavoine, se livre à coeur ouvert.

Par Aylan-afir Publié le 08/03/2023 à 15:28
Notez cet article

Alors que l'accident qu'a provoqué Pierre Palmade sous l'effet de la drogue continue d'alimenter l'actualité, la fille cadette de Daniel Balavoine, Joana, a choisi de se livrer à cœur ouvert sur son passé de toxicomane. Tombée dans les travers de la drogue très jeune, la chanteuse se dit aujourd'hui guérie.

« Tout est vécu dans le mensonge et l'irréel »

Lundi 6 mars, Joana Balavoine était l'invitée de l'émission Dans les yeux d'Olivier, diffusée sur France 2. La jeune femme a eu l'occasion de revenir sur son parcours personnel et, notamment, sur son long combat contre la drogue.

Joana Balavoine a grandi sans la présence de son père, Daniel Balavoine. Ce dernier est décédé en janvier 1986, soit six mois avant sa naissance. Pour rappel, le chanteur avait trouvé la mort lors d'un crash d'hélicoptère, pendant le rallye Paris-Dakar. La jeune femme raconte qu'elle n'a pu obtenir le droit de porter le nom de son père que suite à une longue bataille judiciaire.

Alors qu'elle était encore très jeune, Joana sombre dans la drogue. Ce qui était, au départ, une consommation occasionnelle est rapidement devenue une addiction. La chanteuse de 36 a avoué qu'elle ne pouvait plus s'en passer.

« Le matin, c'était devenu : un é, un rail de coke et je me roulais un joint », détaille la jeune femme. En proie à des troubles du sommeil, Joana consommait de la cocaïne afin de se maintenir éveillée. Elle est alors tombée dans un cercle vicieux, où la consommation de drogue venait aggraver ses troubles.

Au lieu de demander de l'aide, elle s'est renfermée sur elle-même jusqu'à se déconnecter complètement du monde réel. « Tout ce que je vivais était vécu comme un fantasme. À partir du moment où on consomme de la drogue comme ça, tout est vécu dans le mensonge et l'irréel », raconte-t-elle. À l'époque, elle voyait la cocaïne comme un remède à ses souffrances internes. Or, le manque et les effets secondaires liés à la prise de cette substance l'ont entraînée dans une spirale infernale.

Une souffrance physique et morale

Après des années passées à consommer de la cocaïne, Joana Balavoine commence à ressentir les effets physiques ravageurs de cette drogue. « Le corps n'en peut plus. Il est rempli de poison. (...) On a mal au nez. On saigne du nez, on a mal aux dents, on a mal à la tête. (...) C'est fatigant. Ça use », rappelle-t-elle.

Après un long combat personnel, Joana a fini par décrocher. « Mais qu'est-ce que je suis en train de faire ? Pourquoi je fais ça ? Pourquoi je me fais autant de mal ? Pourquoi ? » s'était-elle alors interrogée. Sur le plateau de Dans les yeux d'Olivier, la jeune femme a fait preuve d'une lucidité remarquable. « Je suis née victime d'une tragédie. C'est une place très confortable, parce que c'est toujours la faute des autres. » Elle était, en réalité, bien consciente que « personne ne (lui) a mis une paille dans le nez. (Elle l'a) fait toute seule ». 

Aujourd'hui, Joana Balavoine a complètement vaincu sa dépendance à la cocaïne. Elle œuvre de manière active pour la prévention contre la consommation de drogue. Le 1er septembre 2021, Joana Balavoine publie une bande dessinée, intitulée Les Lions endormis, dans laquelle elle revient sur son long combat contre la toxicomanie.

Laisser un commentaire

* Champs requis