Top 5 des idées reçues sur la Grèce antique

L’image réelle de la Grèce antique !

Par Aylan-afir Publié le 24/02/2023 à 09:17
Notez cet article

La culture et la mythologie de la Grèce antique sont encore vivantes à ce jour et constituent une source d’inspiration pour de nombreuses histoires modernes. Toutefois, il convient de noter que nos informations sur ces sujets ne sont pas entièrement fiables. Le temps a altéré de nombreux récits et une partie importante de l’Histoire a été perdue. Les chercheurs et les experts continuent de découvrir des éléments précieux sur la Grèce antique. Cela leur a permis de rectifier certaines idées reçues. En voici cinq exemples.

1. La Grèce n’était pas une nation unifiée

La Grèce antique était un ensemble de cités-états autonomes appelés polis. Tous partageaient des valeurs et des cultures similaires, mais sans véritable cohésion. Les collines, les montagnes et les rivières servaient souvent de séparations naturelles entre ces polis. Les régimes gouvernementaux variaient entre démocratie, oligarchie et tyrannie. L’unité entre les polis était rare.

2. Léonidas et les 300

Le film 300 de Zack Snyder, basé sur la bataille des Thermopyles pendant les guerres gréco-perses en 480 av. J.-C., a popularisé la légende de Léonidas et ses 300 Spartiates qui auraient résisté seuls à l’armée de Xerxès. Cependant, la réalité est plus complexe. Léonidas dirigeait une armée grecque constituée de 6 000 à 7 000 soldats, comprenant notamment 300 Spartiates. Ils ont résisté pendant trois jours, avant d'être trahis par un citoyen grec, nommé Ephialtes. Les détails de la bataille sont incertains. Néanmoins, il semblerait que Léonidas et son armée ont fait preuve de courage avant d’être finalement submergés par l’armée perse.

3. La démocratie athénienne est loin d’être une source d’inspiration

Il est vrai que la démocratie athénienne était un système plus juste que les tyrannies. Cependant, il s’agissait tout de même des débuts de l’apparition de la démocratie. Seuls les hommes nés à Athènes pouvaient voter, quant aux femmes et aux personnes nées en dehors de la ville, elles n’avaient pas leur mot à dire en politique. En revanche, les femmes spartiates avaient plus de pouvoir que celles des autres cités. Cela dit, ces récits proviennent de non-Spartiates, leur exactitude est donc discutable. En outre, il y avait l’ostracisme. Il s'agit d'une sorte de concours où les gens votaient pour exiler la personne qu’ils détestaient le plus.

4. Les Grecs aimaient les couleurs vives

On croit souvent, quoiqu'à tort, que la sculpture grecque antique se composait de pièces non peintes qui ressembleraient à ce que nous voyons aujourd’hui. En réalité, les artistes de l’époque utilisaient une palette de couleurs éclatantes pour donner vie à leurs œuvres. Les statues en marbre blanc, les bâtiments et les navires étaient autrefois des éléments aux couleurs vives. Ainsi, contrairement à l’image d’un jardin de pierres blanches, la Grèce antique était un lieu vivant et très coloré.

5. Les Athéniens étaient également bons à la guerre

Les Spartiates sont souvent reconnus pour leurs prouesses militaires. En revanche, il est important de souligner que d’autres cités grecques ont également prouvé leurs compétences exceptionnelles sur le champ de bataille. Les Athéniens, par exemple, ont cherché à développer une culture plus diversifiée que les Spartiates, alors que ceux-ci ont continué à se concentrer sur les affaires militaires.

Il faut savoir que les Athéniens possédaient la plus grande flotte de navires de guerre de Grèce. Pendant la guerre du Péloponnèse, au cours de laquelle la Ligue de Délos, dirigée par Athènes, combattait la Ligue du Péloponnèse, dirigée par Sparte. Les Spartiates ont dû demander l’aide des Perses afin de vaincre la marine athénienne et ainsi prendre le contrôle d’Athènes.

Numéro 5 : La Grèce n’était pas une nation unifiée

La Grèce antique était un ensemble de cités-états autonomes appelés polis. Tous partageaient des valeurs et des cultures similaires, mais sans véritable cohésion. Les collines, les montagnes et les rivières servaient souvent de séparations naturelles entre ces polis. Les régimes gouvernementaux variaient entre démocratie, oligarchie et tyrannie. L’unité entre les polis était rare.

La Grèce N’était Pas Une Nation Unifiée

Numéro 4 : Léonidas et les 300

Le film 300 de Zack Snyder, basé sur la bataille des Thermopyles pendant les guerres gréco-perses en 480 av. J.-C., a popularisé la légende de Léonidas et ses 300 Spartiates qui auraient résisté seuls à l’armée de Xerxès. Cependant, la réalité est plus complexe. Léonidas dirigeait une armée grecque constituée de 6 000 à 7 000 soldats, comprenant notamment 300 Spartiates. Ils ont résisté pendant trois jours, avant d’être trahis par un citoyen grec, nommé Ephialtes. Les détails de la bataille sont incertains. Néanmoins, il semblerait que Léonidas et son armée ont fait preuve de courage avant d’être finalement submergés par l’armée perse.

Léonidas Et Les 300

Numéro 3 : La démocratie athénienne est loin d’être une source d’inspiration

Il est vrai que la démocratie athénienne était un système plus juste que les tyrannies. Cependant, il s’agissait tout de même des débuts de l’apparition de la démocratie. Seuls les hommes nés à Athènes pouvaient voter, quant aux femmes et aux personnes nées en dehors de la ville, elles n’avaient pas leur mot à dire en politique. En revanche, les femmes spartiates avaient plus de pouvoir que celles des autres cités. Cela dit, ces récits proviennent de non-Spartiates, leur exactitude est donc discutable. En outre, il y avait l’ostracisme. Il s’agit d’une sorte de concours où les gens votaient pour exiler la personne qu’ils détestaient le plus.

La Démocratie Athénienne Est Loin D’être Une Source D’inspiration

Numéro 2 : Les Grecs aimaient les couleurs vives

On croit souvent, quoiqu’à tort, que la sculpture grecque antique se composait de pièces non peintes qui ressembleraient à ce que nous voyons aujourd’hui. En réalité, les artistes de l’époque utilisaient une palette de couleurs éclatantes pour donner vie à leurs œuvres. Les statues en marbre blanc, les bâtiments et les navires étaient autrefois des éléments aux couleurs vives. Ainsi, contrairement à l’image d’un jardin de pierres blanches, la Grèce antique était un lieu vivant et très coloré.

Les Grecs Aimaient Les Couleurs Vives

Numéro 1 : Les Athéniens étaient également bons à la guerre

Les Spartiates sont souvent reconnus pour leurs prouesses militaires. En revanche, il est important de souligner que d’autres cités grecques ont également prouvé leurs compétences exceptionnelles sur le champ de bataille. Les Athéniens, par exemple, ont cherché à développer une culture plus diversifiée que les Spartiates, alors que ceux-ci ont continué à se concentrer sur les affaires militaires. Il faut savoir que les Athéniens possédaient la plus grande flotte de navires de guerre de Grèce. Pendant la guerre du Péloponnèse, au cours de laquelle la Ligue de Délos, dirigée par Athènes, combattait la Ligue du Péloponnèse, dirigée par Sparte. Les Spartiates ont dû demander l’aide des Perses afin de vaincre la marine athénienne et ainsi prendre le contrôle d’Athènes.

Les Athéniens étaient également Bons à La Guerre

Laisser un commentaire

* Champs requis