Top 5 des faits surprenants sur la vie intime de la Babylone antique

Babylone, le royaume de tous les possibles  !

Par Aylan-afir Modifié le 21/03/2023 à 13:39
Notez cet article

Babylone, une des civilisations les plus anciennes que l'Homme ait connues, était un royaume de Mésopotamie, fondé en 2300 avant J.-C et dissout en 539 avant J.-C. Célèbre pour le code d'Hammurabi, cette société avait une culture riche qui comprenait un système d'écriture élaboré, une comptabilité mathématique et, selon les Grecs, une obsession pour le sexe. Nous allons découvrir ci-dessous cinq faits sur la sexualité dans la Babylone antique qui nous aideront à mieux comprendre cette société captivante.

1. L'homosexualité

Avant l'arrivée du christianisme, les Babyloniens avaient une attitude décontractée envers l'homosexualité, tout comme les Grecs. Les hommes babyloniens pouvaient parfois assumer le rôle des femmes dans les relations sexuelles, mais cela paraissait méprisable. Par ailleurs, les Babyloniens ont eu recours au sexe hétéro-anal comme moyen de contraception. Cela signifie donc qu'ils comprenaient les procédures qui induisaient une grossesse et il est également probable que le sexe gay était une option.

2. Le péché de chasteté

La culture babylonienne avait une perspective différente de la culture judéo-chrétienne sur la sexualité. En effet, elle considérait le fait de ne pas avoir de relations sexuelles comme étant un péché. Hérodote rapporte que les femmes devaient, une fois dans leur vie, se rendre dans un temple pour avoir des relations sexuelles avec le premier homme qui leur jetait une pièce de monnaie sur les genoux. En dehors des temples, les hommes autorisaient les rapports sexuels avec leur femme ou leurs enfants en échange d'une rémunération. La fertilité et la déesse du sexe, Innana, étaient vénérées dans cette culture, où le sexe était considéré comme un acte religieux.

3. Le sexe omniprésent

Les Babyloniens n'hésitaient pas à avoir des relations sexuelles n'importe où et à n'importe quel moment, que ce soit au cœur de la ville, dans la nature ou même sur les toits des bâtisses. La société babylonienne se caractérisait par une grande tolérance à l'égard de la sexualité et cette liberté ne semblait déranger personne. Le sexe se pratiquait dans tous les endroits imaginables, ce qui peut sembler inconcevable pour nous aujourd'hui. Cependant, cette attitude témoigne d'une vision différente de la sexualité par rapport à celle de notre époque.

4. Les dîners débauchés

Les Babyloniens étaient connus pour leurs orgies et la prostitution était largement répandue dans leur culture. Cependant, contrairement à d'autres cultures, leur sexualité ne se limitait pas à des événements spécifiques. En effet, les rapports sexuelles avaient lieu dans des environnements plus courants, comme lors de somptueux dîners. Pendant ces soirées, les femmes se déshabillaient progressivement, créant ainsi une ambiance propice à des nuits de débauche et de prostitution socialement acceptées.

5. L'infidélité

Malgré leur attitude libérale à l'égard de la sexualité, l'infidélité s'avérait durement punie à Babylone. En effet, le Code d'Hammourabi stipulait que l'adultère était un crime passible de la peine de mort. Si un conjoint était pris en train de tromper l'autre, il sera attaché avec son amant avec une corde. Ensuite, les deux seront jetés à l'eau jusqu'à ce qu'ils se noient. Cependant, si le mari trompé souhaitait sauver la vie de sa femme, il avait la possibilité de ne pas porter plainte et le dirigeant avait le pouvoir de décider de sauver l'homme avec qui elle avait fauté.

Numéro 5 : L'homosexualité

Avant l’arrivée du christianisme, les Babyloniens avaient une attitude décontractée envers l’homosexualité, tout comme les Grecs. Les hommes babyloniens pouvaient parfois assumer le rôle des femmes dans les relations sexuelles, mais cela paraissait méprisable. Par ailleurs, les Babyloniens ont eu recours au sexe hétéro-anal comme moyen de contraception. Cela signifie donc qu’ils comprenaient les procédures qui induisaient une grossesse et il est également probable que le sexe gay était une option.

L'homosexualité

Numéro 4 : Le péché de chasteté

La culture babylonienne avait une perspective différente de la culture judéo-chrétienne sur la sexualité. En effet, elle considérait le fait de ne pas avoir de relations sexuelles comme étant un péché. Hérodote rapporte que les femmes devaient, une fois dans leur vie, se rendre dans un temple pour avoir des relations sexuelles avec le premier homme qui leur jetait une pièce de monnaie sur les genoux. En dehors des temples, les hommes autorisaient les rapports sexuels avec leur femme ou leurs enfants en échange d’une rémunération. La fertilité et la déesse du sexe, Innana, étaient vénérées dans cette culture, où le sexe était considéré comme un acte religieux.

Le Péché De Chasteté

Numéro 3 : Le sexe omniprésent

Les Babyloniens n’hésitaient pas à avoir des relations sexuelles n’importe où et à n’importe quel moment, que ce soit au cœur de la ville, dans la nature ou même sur les toits des bâtisses. La société babylonienne se caractérisait par une grande tolérance à l’égard de la sexualité et cette liberté ne semblait déranger personne. Le sexe se pratiquait dans tous les endroits imaginables, ce qui peut sembler inconcevable pour nous aujourd’hui. Cependant, cette attitude témoigne d’une vision différente de la sexualité par rapport à celle de notre époque.

Le Sexe Omniprésent

Numéro 2 : Les dîners débauchés

Les Babyloniens étaient connus pour leurs orgies et la prostitution était largement répandue dans leur culture. Cependant, contrairement à d’autres cultures, leur sexualité ne se limitait pas à des événements spécifiques. En effet, les rapports sexuelles avaient lieu dans des environnements plus courants, comme lors de somptueux dîners. Pendant ces soirées, les femmes se déshabillaient progressivement, créant ainsi une ambiance propice à des nuits de débauche et de prostitution socialement acceptées.

Les Dîners Débauchés

Numéro 1 : L'infidélité

Malgré leur attitude libérale à l’égard de la sexualité, l’infidélité s’avérait durement punie à Babylone. En effet, le Code d’Hammourabi stipulait que l’adultère était un crime passible de la peine de mort. Si un conjoint était pris en train de tromper l’autre, il sera attaché avec son amant avec une corde. Ensuite, les deux seront jetés à l’eau jusqu’à ce qu’ils se noient. Cependant, si le mari trompé souhaitait sauver la vie de sa femme, il avait la possibilité de ne pas porter plainte et le dirigeant avait le pouvoir de décider de sauver l’homme avec qui elle avait fauté.

L'infidélité

Laisser un commentaire

* Champs requis