Tinder : elle fait 40 dates en 40 jours !

Pour mener à bien son expérience, une jeune femme d’origine espagnole a décidé de faire 40 dates avec 40 profils différents.

Par Afir Publié le 01/11/2022 à 06:27
Noemi Iglesias
Noemi Iglesias

Un date par jour pendant 40 jours d'affilée, c’est l'expérience menée par l’artiste Noemi Iglesias sur Tinder. Elle se livre...

Un date, 24 heures et... ciao !

Les applications de rencontre sont devenues de plus en plus utilisées. Elles mettent en relation des personnes qui veulent rencontrer le grand amour mais aussi des relations sans lendemain ou un petit flirt.

De nos jours, les utilisateurs ont un vaste choix en ce qui concerne les applications de rencontre, car il en existe des dizaines, pour ne pas dire des centaines. La plus connue sur le marché numérique reste Tinder. Une application qu'une artiste espagnole a utilisée de manière peu commune.

En effet, Noemi Iglesias a eu l'idée de mener une expérience insolite sur Tinder. Une expérience qu'elle a baptisée "Quarantine".

Quarantine consiste à faire uniquement un date par jour, et cela sur une période de 40 jours. Cependant, à chaque fin de rendez-vous, elle avait une seule règle à suivre : supprimer, sans attendre une minute de plus, les profils de tous ses matchs. “J’ai téléchargé l’application et créé un profil qui serait actif pendant quarante jours. À cette époque, j’utilisais l’interface de Tinder pour organiser quarante rendez-vous avec quarante utilisateurs différents. Chaque date pourrait avoir une durée maximale de 24 heures”, explique Noemi Iglesias dans une vidéo pour le média en ligne Brut.

@brutofficiel

Un date Tinder par jour, 40 jours d'affilée, c'est l'expérience menée par l'artiste Noemi Iglesias. La règle : supprimer le contact dès que la rencontre est finie, même s'il y a des sentiments. Et ça, c'est pas toujours facile...

♬ son original - Brut.

Elle a ensuite tenu à expliquer le but de son projet : "L'expérience consistait à appliquer ce processus industriel à un cadre romantique. Même si j'avais l'impression d'avoir rencontré l'amour de ma vie, ce qui m'est arrivé pendant certains dates, je devais le supprimer". 

Une expérience avec un but bien précis

L’artiste espagnole a voulu pointer du doigt les risques que peuvent engendrer les applications de rencontre, mais pas seulement. Elle a aussi voulu dénoncer leur surconsommation, ainsi que leur hypercritérisation et leur hypersélectivité.

"Au début, j’étais excitée à l’idée de faire cette expérience (...).Je like cette personne, celle-là peut-être pas… Ça a duré 2-3 jours, mais au bout de 3 jours, je me disais : ' À quoi ça sert ?' L'application te permet d’accumuler autant de profils que tu veux. Donc, j’ai commencé à liker tous les profils qui apparaissaient à l’écran.

Elle a par la suite ajouté. “Quelque part, tu as le sentiment que ce n’est jamais assez, que tu peux avoir toujours mieux et tu continues de chercher. Tu continues de chercher dans cet étrange catalogue de produits prêts à l’emploi. Chaque “swipe” est comme une récompense, parce que tu accèdes à quelque chose de nouveau. Ça génère une forme d'addiction, c'est ce que les applications recherchent.”

Selon elle, les applications de rencontre peuvent également entraîner une frustration, appelée “date fatigue". “Ca m’a rapidement fatiguée, parce qu’avec un nouveau date tous les jours, je me répétais beaucoup. 'Comment ça va ?', 'D’où tu viens ?', 'Tu fais quoi dans la vie ?' des choses comme ça ”.

Rédacteur freelance spécialisé dans la presse Digital. Je couvre de nombreux sujets d'actualité qui font la une du monde, avec moi toute l'actualité en continu.

Laisser un commentaire

* Champs requis