Retrouvez nous aussi sur

0

Partages

4.8K

Vues

Cette gynécologue tweete sur les IVG tardifs et son message devient viral

Publié dans par Roronoa A.

Dans son État, il n'y a pas de limite d'âge gestationnel pour pratiquer un avortement

À l'occasion du 46ème anniversaire de Roe V. Wade – un arrêt politique américain concernant le droit à l'avortement – l'État de New York a adopté une loi visant à protéger l'accès des femmes à l'avortement.

 

La Cour Suprême américaine a décidé que le droit à la vie privée (clause de la procédure du 14ème amendement américain) englobait également la décision/le droit à l'avortement mais ce droit est mis en parallèle avec les intérêts de l'État : protéger la santé des femmes et protéger la vie humaine. La réglementation de l'avortement au troisième trimestre de la grossesse a été évoquée.

 

Cette nouvelle a été critiquée par le camp Pro-Life. Nicole Malliotakis – la représentante de l'Assemblée de l'État – déclare : « Ce projet de loi ne codifie pas simplement Roe v. Wade mais il vise à élargir l'avortement jusqu'à la naissance et au troisième trimestre... » Elle insiste sur la nouvelle loi supprime l'intervention nécessaire d'un médecin agréé et permettrait aux assistances médicales, aux infirmières praticiennes et aux sages-femmes de pratiquer des avortements.

 

Santé États-Unis loi amendement avortement tardif Jennifer Gunter gynécologue Twitter message engagement

Source : Twitter | @DrJenGunter

 

Jennifer Gunter – une gynécologue – a vécu dans un État sans limite d'âge gestationnel et a pratiqué des avortements après 24 semainesSur son compte Twitter, elle s'est adressée à ses followers et elle a raconté son expérience du processus déchirant vécu par certains parents. Son message est rapidement devenu viral.

 

Santé États-Unis loi amendement avortement tardif Jennifer Gunter gynécologue Twitter message engagement

 

« J’ai pratiqué des avortements après 24 semaines. J’ai vécu plusieurs années dans un État sans limite d’âge gestationnel.

Je n’ai jamais pratiqué un avortement si ce n’était pas médicalement indiqué. Je n’ai jamais été contactée par une femme qui voulait subir un avortement non-médicalement indiqué.

 

Alors épargnez-moi vos mensonges.

 

Un avortement après 24 semaines est très rare. C’est très cher.

Ce n’est pas un « caprice » parce qu’une femme est fatiguée d’être enceinte.

C’est toujours une situation avec des anomalies fœtales graves et parfois, des risques pour la santé de la mère.

J’ai pratiqué un avortement après 24 semaines où il n’y avait aucune anomalie fœtale. Il y a plusieurs mois d’attente pour obtenir une ordonnance du tribunal puisque les parents de l’enfant refusaient. Ce n’était pas une violation de la loi : l’affaire est passée dans les journaux. La jeune fille a été violée par son frère, si je me souviens bien.

 

Voici quelques exemples des raisons pour lesuqelle sj'ai pratiqué des avortements après 24 semaines :

25 semaines. Le fœtus est atteint d’un sévère retard de croissance/développement et il ne pourra pas survivre. Sa mère est atteinte d’une pré-éclampsie. Elle choisit l’avortement par césarienne.

32 semaines. Le fœtus est atteint d’anencéphalie [… ] Elle opte pour une induction précoce – c’est-à-dire le déclenchement de l’accouchement – qui est, techniquement un avortement.

N’importe qui, notamment un médecin, qui ose dire que ce n’était pas indiqué, a tort.

Si vous n’avez jamais suivi la procédure d’un avortement pratiqué après 24 semaines, si vous n’avez jamais parlé des risques qu’elle engendre, vous n’avez aucune crédibilité à discuter/critiquer de la procédure.

Parfois, l’hypertension pendant la grossesse est si grave/importante qu’un fœtus de 26 semaines a la même taille qu’un fœtus à 19 semaines de grossesse. La mère meurt littéralement de son hypertension.[…] La femme est toujours conseillée par un obstétricien et un généticien et elle fait son propre choix.

Imagine. Tu as 12 ou 13 ans et tu es violée par ton frère. Tu tombes enceinte. Et tu dois te battre pour obtenir le droit à l’avortement ?

Certaines grossesses peuvent se révéler étranges, dangereuses et tragiques. Un médecin, spécialement un obstétricien/gynécologue, sans empathie dans ces situations ?! C’est effrayant ! »

 

Santé États-Unis loi amendement avortement tardif Jennifer Gunter gynécologue Twitter message engagement

 

Le droit à l'avortement est un droit fondamental pour les femmes et Jennifer Gunter continue sa lutte pour le droit des femmes.

Partager

publié dans

santé

Vos amis sont déja sur Pause Cafein

Rejoignez les !

COMMENTER AVEC FACEBOOK

rejoignez nous sur facebook

Nous écrivons des articles comme celui-ci tous les jours !

pausecafein
^