Née sans utérus, elle devient mère suite à une prouesse médicale

Née sans utérus, Déborah est mère de deux petites filles.

Par Aylan-afir Modifié le 27/03/2023 à 18:53
Notez cet article

Née sans utérus, Déborah, 40 ans, est mère de deux enfants. Elle doit ce véritable « miracle » à une greffe de l'utérus réalisée il y a quatre ans. Cette opération est inédite en France et s'est faite après que sa mère lui a fait don de son propre utérus.

La jeune femme a exprimé sa joie et son émotion face aux caméras de Sept à Huit.

« L'effondrement total »

Déborah Berlioz a donné naissance, il y a un mois, à une deuxième petite fille. Grâce au don de nid de mamie, vous avez pu grandir dans le ventre de maman », a-t-elle expliqué à l'aînée, Misha, aujourd'hui âgée de deux ans. Si l'explication à son enfant est simple, l'opération que Déborah a subie est très complexe et inédite en France.

Face à Audrey Crespo-Mara, la jeune femme a confié le désarroi qu'elle avait éprouvé lorsqu'on lui avait indiqué, à seulement 17 ans, qu'elle était dépourvue d'utérus et donc incapable de devenir mère. « C'est l'effondrement total », a-t-elle avoué. « J'ai l'impression de ne pas être tout à fait femme, pas complète en fait, avec cet organe en moins », avait-elle poursuivi.

C'est son père qui s'est mis à la recherche de solutions éventuelles pour permettre à Déborah de devenir mère un jour. Il finit par faire une découverte qui l'interpellera. « Il est tombé sur une étude suédoise qui expérimentait la greffe d'utérus sur des souris et qui avait permis des naissances. Mon père me disait que des années plus tard, la science permettrait sûrement d'avoir une solution pour moi », se remémore la jeune femme.

« Ma mère a fait de moi une mère »

En mars 2019, à 36 ans, Déborah devient la première Française à bénéficier d'une greffe de l'utérus. C'est le professeur Ayoubi et ses équipes de l'hôpital Foch, dans les Hauts-de-Seine, qui sont à l'origine de cet exploit médical. Déborah reçoit ainsi l'utérus de sa mère, alors âgée de 58 ans. « Maman m'a toujours dit : ne t'inquiète pas, je ferai toujours tout pour garder mon utérus en bonne santé, car si ce genre d'acte fonctionne sur l'être humain plus tard, je te donnerai cet utérus », explique-t-elle. « Ça a été instinctif pour elle », ajoute-t-elle.

La greffe aura nécessité une intervention de treize heures concernant la mère de Déborah. Une opération de neuf heures aura ensuite été nécessaire afin de transplanter l'organe chez la jeune femme. « C'est magique, c'est un peu de la seconde main », s'amuse-t-elle. L'organe qui avait permis de lui donner naissance à elle, ainsi qu'à ses deux frères, a ainsi permis à Déborah de devenir mère à son tour.

« C'est bizarre à dire, mais ma mère a fait de moi une mère », explique-t-elle. « Ça a été une vague d'amour, un cadeau inestimable de pouvoir m'offrir cette chance de devenir mère et de porter la vie », a-t-elle confié. La joie de Déborah est d'autant plus grande que cette opération lui a permis de devenir mère à deux reprises. « Quand on arrive à cet instant à la maternité avec mes deux filles autour de moi, c'est de l'ordre du miracle », conclut Déborah. La greffe étant temporaire, la jeune mère devra à présent se faire retirer l'utérus.