Les 10 musiciens les plus déjantés de l’histoire du rock !

Ce hit-parade des artistes pop-rock vous surprendra peut-être !

Cropped Favicon Pausecafein 1.jpg
Par La rédaction Modifié le 19/02/2016 à 09:00
Bann Musicien Fou Mj Manson

La musique Rock comporte sa part de légende, et son histoire est marquée par un certain nombre de personnalités toutes plus extravagantes les unes que les autres. Elles ont fait de la devise "Sex, Drug and Rock n' Roll" une règle de vie qui les pousse à franchir toujours plus loin les frontières de la normalité sociale. Quelles sont les figures les plus marquantes et les plus déjantées de l'histoire du Rock ?

Croyez-vous bien les connaître, ou savez-vous qui elles sont vraiment ? La réponse à toutes ces questions se trouve dans le classement ci-dessous !

1. Michael Jackson, ou "Wacko Jacko"

Mickey Jackson

Source : clique.tv

Si sa carrière est l'une des plus marquantes de l'histoire de la musique, la vie personnelle de Michael Jackson, en revanche, est émaillée d'excentricités, de scandales et de dérapages en tout genre. Ce n'est pas pour rien que les Américains ont pris l'habitude de l'appeler "Wacko Jacko" (Jacko le barjo).

Commençant à se produire sur scène dès l'âge de 9 ans, en compagnie de ses frères, au sein des Jackson Five, Michael a eu une enfance marquée par une notoriété précoce, pouvant expliquer certains traits de sa personnalité. Il commence sa carrière solo à 20 ans, enchaînant les succès, jusqu'au triomphe de l'album Thriller, album le plus vendu de l'Histoire. Dépassé par son propre succès, Michael s'isole du monde, et trouve refuge dans la propriété de 1400 hectares qu'il a acquise, le ranch de Neverland (du nom de ce pays imaginaire dans Peter Pan, où les enfants ne grandissent jamais). Ce lieu est progressivement transformé en parc d'attraction, où il invite de nombreux enfants dont il a fait ses amis.

Les anecdotes et confidences commencent à circuler, qui évoquent le mode de vie étrange de celui qui s'est auto-proclamé le "King of Pop" : il dort dans un caisson à oxygène, partage la couche des enfants, et son visage serait entièrement refait par la chirurgie esthétique. Le fait est que la transformation physique de son visage est incontestable, et il ne peut plus être qualifié d'homme de couleur noire, comme c'était encore le cas lorsqu'il était enfant. Lui-même ne confesse que deux opérations du nez, alors que son autopsie, après sa mort, révélera de nombreuses interventions chirurgicales, ainsi qu'un blanchiment de la peau à la fois pathologique (dû à la maladie du vitiligo) et artificiel.

La plainte des parents du jeune Jordan Chandler, qui l'a fréquenté, conduit à sa mise en cause par la police américaine en 1993. A la suite d'une médiatisation importante, Michael indemnise les parents de l'enfant contre un retrait de plainte. En 2005, les tribunaux américains le poursuivent pour ses déclarations sur les enfants, qui le rendent suspect de pédophilie. Finalement relaxé, la santé mentale de Michael se dégrade, le conduisant à prendre trop de médicaments, alors même que sa situation financière devient précaire, le conduisant à se défaire de Neverland.

Il meurt finalement le 25 juin 2009, suite à une absorption trop importante de médicaments contre-indiqués dans son état, alors qu'il préparait une grande tournée destinée à le renflouer financièrement.

2. Brian Jones, le fondateur des Stones

Brian Jones

Source : rollingstone.com

Il est le fondateur historique des Rolling Stones, mais beaucoup de gens ont oublié son nom et son importance dans l'histoire du rock. C'est pourtant lui qui a fondé en 1962 le groupe qui sera le concurrent direct des Beatles. Il recrute des musiciens fans comme lui de Rhythm and Blues américain, par le biais de petites annonces, et retient les noms de Keith Richards (guitare), Mick Jagger (chant), Ian Stewart (pianiste qui sera écarté par la suite), et Dick Taylor (bassiste bientôt remplacé par Bill Wyman). Le batteur Charlie Watts les rejoindra par la suite.

Si Brian Jones est un organisateur et un manager né, très intelligent et musicalement créatif (il a composé nombre des premiers tubes du groupe), il est cependant de plus en plus écarté au profit du duo Jagger/Richards. Son rôle se cantonne à celui d'un musicien marginal, aux instruments exotiques (il joue de la sitar sur Paint it Black). Il plonge assez rapidement dans la dépression et la drogue, et il est finalement arrêté en 1967 en possession de cannabis et de cocaïne. Incapable de reprendre pied, il ne fait que de la figuration sur l'enregistrement de l'album Beggars Banquet.

Ses relations avec les femmes ont été nombreuses et se sont soldées par un nombre élevé d'enfants hors mariage pour un si jeune hommes (il a eu 6 enfants au cours de sa vie, dont 3 sont nés avant qu'il ait 20 ans !). Lorsqu'il se fait chiper sa fiancée Anita Pallenberg par Keith Richards, c'est le coup de grâce pour Brian, qui ne s'en remet pas. Exclu du groupe en juin 1969, on le retrouve noyé le mois suivant, dans la piscine de sa propriété situé en Angleterre. Il inaugure ainsi le célèbre Club des 27, qui désigne les stars de la musique mortes prématurément à 27 ans.

3. Keith Moon, le batteur fou des Who

Keith Moon

Source : lepoint.fr

S'il est bien un musicien qui a marqué l'histoire du rock à la fois par son talent musical et ses frasques, c'est bien Keith Moon, qui fut le batteur du groupe The Who. Keith intègre le groupe anglais emmené par Roger Daltrey et Pete Townshend en avril 1964. Il s'y fait remarquer par son jeu à la fois technique et chaotique, qui mélange roulements de toms, double grosse caisse et percussion de cymbales. Sa violence percussive et son sens du spectacle seront pour beaucoup dans le succès international du groupe, et influencera par la suite de nombreux autres batteurs, tel John Bonam, qui fut un temps son élève, et deviendra batteur de Led Zeppelin.

Mais il est également connu pour ses frasques lors des tournées des Who. On peut évoquer par exemple cette Rolls-Royce qu'il a immergée dans la piscine d'un hôtel, les combats de nourriture dont il était coutumier, ou cette dent de devant qu'il perdit en chutant sur le sol (voir photo), alors qu'il avait le pantalon baissé sur les chevilles lors d'une soirée de beuverie avec les musiciens du groupe Herman's Hermits. Autant d'anecdotes qui lui valurent le sobriquet de "Moon the Loon" (Moon le taré).

Adepte de l'absorption massive de drogues et médicaments, les choses prirent une tournure plus tragique lorsqu'il causa accidentellement la mort de son garde du corps Neil Boland avec sa voiture, en tentant soi-disant d'échapper à une bande de skinheads féroces. Il est finalement mis hors de cause par la police. Il décède le décembre 1978 après avoir avalé 32 pilules de médicaments, qu'on retrouvera (certaines non encore dissoutes) dans son organisme au cours d'une autopsie.

4. Syd Barret, l'icone du psychédélisme

Syd  Barrett

Source : popmatters.com

Syd Barrett entre dans l'histoire de la musique rock lorsqu'il rejoint, en 1965, plusieurs musiciens qui choisissent de s'appeler The Pink Floyd. Très créatif sur le plan musical, Syd compose avec sa guitare la majeure partie des morceaux de leur premier album,The Piper at the Gates of Dawn, qui contient des explorations musicales s'inscrivant dans le courant artistique connu sous le nom de psychédélisme. Ce mouvement est né sous l'influence des écrivains de la Beat Generation (Kerouac, Ginsberg, Burroughs), mais aussi en référence aux visions hallucinatoires provoquées par les pilules de LSD, la nouvelle drogue à la mode popularisée aux Etats-Unis par le chimiste Timothy Leary. On retrouve la représentation de ces visions dans l'esthétique planante de nombreux artistes, que ce soit dans les arts graphiques, la musique ou la littérature.

Mais Syd, à l'instar de Brian Jones avec les Stones, se voit rapidement évincé de son rôle de compositeur au sein des Floyd, en raison de son comportement imprévisible et fantasque provoqué par sa dépendance au LSD. Ainsi, ses performances scéniques finissent-elles par se limiter à jouer la même note pendant toute une soirée de concert. Il est exclu du groupe en 1968. Il continue un temps une carrière musicale, avant de se retirer du show-business définitivement en 1975. Il décède le 7 juillet 2006 à son domicile, d'un cancer du pancréas, à l'âge de 60 ans. David Gilmour, chanteur et guitariste des Pink Floyd, a dit de lui qu'il fut l'un des rares génies de la musique pop.

5. Ozzy Osbourne, le prince des ténèbres

Ozzy Osbourne

Source : fbi.lv

Ozzy Osbourne a beaucoup marqué les esprits, ces dernières années, pour sa participation à divers shows télé, notamment la série de télé-réalité The Osbournes. Mais il ne faudrait pas oublier qu'il est l'un des fondateurs du hard rock, en tant que chanteur original du groupe Black Sabbath.

Né en Angleterre en 1948, Ozzy connaît d'abord une existence délinquante, faite de petits larcins, pour lesquels il est envoyé en prison quelques semaines. Il devient chanteur du groupe Black Sabbath en 1969, contribuant à faire naître une musique au son lourd et très saturé, pleine de références à la mort et à la culture satanique. Il est congédié en 1978 en raison de sa consommation excessive de drogue et d'alcool. Sa femme le quitte pour les mêmes raisons.

Il commence alors une carrière solo réussie, qui l'amènera à faire découvrir au grand public de grands guitaristes tels que Randy Rhoads (mort tragiquement au cours d'un accident d'avion) ou Zakk Wylde. Ses performances scéniques sont mémorables, notamment lorsqu'en 1982, il arrache avec les dents la tête d'une chauve-souris vivante qu'un fan avait lancée sur scène. Plusieurs associations de parents américains l'accusent de transmettre des messages subliminaux morbides dans ses chansons, et réclament l'interdiction de ses concerts. Sa carrière musicale se poursuit néanmoins, et nombre de jeunes musiciens rendent hommage à son influence positive.

Il débute au début des années 2000 une carrière télévisuelle en compagnie de sa famille, et on le voit également participer à nombre d'émissions friandes de ses allures de fou halluciné, de son corps tatoué et de son aura sulfureuse qu'il a contribuée à alimenter volontairement.

6. Iggy Pop, l'Iguane

Iggy Pop

Source : lindependant.fr

Iggy Pop est né en 1947, et a largement contribué à maintenir vivante la puissance originelle du rock, en défendant un son brut, des textes enflammés et des performances scéniques hautes en couleur. Il se fait d'abord connaître au sein du groupe The Stooges, dont il est le chanteur de 1967 à 1974. Le son puissant qui est le leur, ainsi que leurs compositions simples et efficaces, contribueront grandement à influencer le mouvement punk au cours des années 70. Il se produit le plus souvent déshabillé, généralement torse nu, et parfois même intégralement nu, ce qui lui vaudra quelques interdictions de se produire. Il pratique également l'auto-mutilation et l'obscénité.

Il se lance dans une carrière solo en 1974, mais son addiction à l'héroïne le conduit à être interné pendant un an dans hôpital psychiatrique pour tenter de se sevrer. Alors qu'il est dans un état de déchéance physique et sociale avancé, il croise la route de David Bowie, qui le prend en main, en lui faisant enregistrer 3 albums importants à Berlin, loin des tentations de son existence américaine. Il revient sur le devant de la scène avec succès à la fin des années 70, et peut ensuite apurer ses dettes financières grâce à l'aide de Bowie, dont les succès commerciaux contribuent à le sortir définitivement de la mouise pendant les années 80.

Toujours vivant et fringuant à 69 ans, Iggy Pop continue de tourner de par le monde et de sortir des albums.

7. Kurt Cobain, le pape du Grunge

Kurt Cobain

Source : clashmusic.com

Kurt Cobain n'aurait peut-être pas aimé qu'on voit en lui un pape, mais il est pourtant celui qui a fait connaître mondialement la musique Grunge, ce courant musical né à Seattle à la fin 80, mêlant le son du metal, à l'énergie contestataire du punk, ainsi que des références à des musiciens folk/rock comme Neil Young. L'esthétique grunge repose sur le refus des paillettes et du tape-à-l'oeil, une inspiration dépressive assumée, et une référence appuyée à la marginalité sociale et économique des perdants du capitalisme. Cobain distille ainsi dans ses textes ses tendances dépressives, ses dépendances aux drogues et ses difficultés à assumer sa soudaine notoriété.

Car c'est à un raz-de-marée auquel on assiste, au début des années 90, autour de la figure de Nirvana. Ce succès mondial aussi fulgurant qu'inattendu contribuera grandement à déstabiliser Cobain, en dépit de sa paternité en apparence heureuse avec la chanteuse Courtney Love. Il met fin à ses jours le 8 avril 1994, en se tirant une balle en pleine tête dans sa maison de Seattle.

8. Axl Rose, l'écorché vif

Axl Rose

Source : gnrfrance.net

Né en 1962, William Bruce Rose Jr. vit une enfance chaotique marquée par le puritanisme religieux et la violence de sa famille. Délinquant précoce, il est arrêté de nombreuses fois par la police. Enfant rebelle, mais assidu aux cours de musique, il s'intéresse au heavy metal et cherche à créer un groupe avec des musiciens amateurs. Il déménage ensuite à Los Angeles, et prend le pseudo d'Axl Rose, qui est l'anagramme d'oral sex (fellation).

Il forme Guns n' Roses en 1985, avec les guitaristes Slash et Izzy Stradlin. Durant cinq ans, il vit au jour le jour comme un sans-abri, jusqu'à la sortie du premier album du groupe, Appetite for Destruction, qui lui apporte une relative notoriété, laquelle ne fera que croître par la suite. Les frasques et les violences d'Axl Rose sont nombreuses, notamment sur scène : en juillet 1991, il déclenche une émeute lors d'un concert à Saint-Louis, lorsqu'il décide d'arrêter de chanter suite aux provocations de bikers présent dans la salle. Les dégâts causés sont estimés à 20 000 dollars, ce qui conduit Rose et son groupe à devoir finalement payer 50 000 dollars et à renoncer à la tournée en cours.

Il sait aussi être bagarreur en-dehors de la scène, puisqu'on a pu le voir se battre avec divers musiciens de la scène rock dans des bars et des clubs de strip-tease, essentiellement aux Etats-Unis, mais aussi en Suède (en 2006). Sa vie sentimentale avec des mannequins en vue a fait aussi l'objet de scandales divers, notamment avec Stéphanie Seymour, qui a été sa compagne de 1991 à 1993. Devenu seul maître à bord de son groupe, tous les ses anciens membres l'ayant abandonné, il poursuit une carrière chaotique, en sortant au bout de 8 ans d'enregistrement l'album Chinese Democracy, l'un des plus coûteux de l'histoire du rock.

9. Marilyn Manson, le prêtre de l'enfer

Marilyn Manson

Source : marilynmanson.com

Brian Hugh Warner naît le 5 janvier 1969 aux Etats-Unis. Son enfance est marquée par le rejet du milieu catholique dans lequel il est scolarisé. Hospitalisé à l'âge de 17 ans, suite à une allergie aux antibiotiques, il se tourne vers la musique metal, dans laquelle il peut exprimer pleinement son goût pour les drogues, l'extraversion sexuelle et le rejet des religions. Il crée au début des années 90 le groupe Marilyn Manson, nom formé par la réunion du prénom de la célèbre icône Marilyn Monroe et du nom de famille du tueur en série Charles Manson. Ce sera aussi désormais le nom du célèbre chanteur de ce groupe.

Le groupe défraie la chronique par ses performances extrêmes, faites de scarification, de costumes choquants et de musique macabre. Il lui est interdit de se produire dans certaines villes des Etats-Unis, sous la pression de groupes d'influence religieux, et on en vient à reprocher à Manson d'avoir inspiré les auteurs de la fusillade dans le lycée de Columbine en 1999, qui a fait 12 victimes et de nombreux blessés. En dépit de ces difficultés, le succès du groupe est considérable aux Etats-Unis.

Par la suite, Manson semble s'assagir quelque peu, et défraie davantage la chronique par ses relations sentimentales avec des stars des médias (ainsi la strip-teaseuse Dita von Teese) que par ses démêlés judiciaires.

10. Amy Winehouse, une femme au Club des 27

Amy Winehouse

Source : public.fr

Nous terminons cette série avec la jeune Amy Winehouse, dernière entrée en date d'une longue série de jeunes stars de la musique mortes à l'âge de 27 ans. Le succès de cette jeune femme fut aussi rapide et important que sa chute fut vertigineuse et pathétique. Après un 1er album sorti en 2003, qui connut surtout un succès en Grande-Bretagne, son 2ème album Back to Black, sorti en 2006, remporte un succès planétaire, la plaçant sur l'orbite des plus grandes chanteuses soul de l'Histoire. Sa voix profonde aux accents faubouriens, son look vintage influencé par les sixties marquèrent tout autant que ses chants plaintifs évoquant la déception amoureuse et l'abus de substances illicites.

Mais dès 2007, elle subit les conséquences de sa dépendance à l'alcool et à la drogue, en annulant nombre de concerts et en défrayant la chronique en raison de ses relations conflictuelles avec son mari, toxicomane notoire. Malgré une cure de désintoxication prolongée, les médecins constatent un vieillissement prématuré de ses poumons. Après une tournée européenne catastrophique, et prématurément arrêtée, elle est est retrouvée morte à son domicile le 23 juillet 2011 suite à une overdose d'alcool.

Vous avez d'autres artistes et d'autres anecdotes loufoques concernant les stars du rock ?

Si ce palmarès vous ne vous a pas dissuadé de devenir vous aussi une star du rock, likez-le et partagez-le !


Vidéo bonus : Des zombies poursuivent un obèse dans ce clip d'Erevan Tusk

Cropped Favicon Pausecafein 1.jpg

Inspirant, Divertissant, Impertinent : Pause Caféin sélectionne le meilleur des actus virales pour vous.