Mobilité : les trottinettes électriques vont-elles être interdites dans la capitale ?

Les trottinettes électriques pourraient bientôt être interdites de circulation au sein de la capitale. Faisons le point.

Par Aylan-afir Publié le 16/11/2022 à 19:50
Notez cet article
Les trottinettes électriques constituent une alternative à la voiture, au vélo, aux scooters ou aux transports en commun pour se déplacer au quotidien. Elles sont censées être plus écologiques qu'un véhicule motorisé. Leur utilisation s'est généralisée à tel point que l'on peut en trouver en libre-service dans certaines villes, et notamment à Paris. Cependant, leur utilisation pourrait être remise en question. Ces moyens de transport pourraient donc disparaître de la circulation dans la capitale française. Jeudi 15 novembre 2022, les différents opérateurs du marché avaient rendez-vous à l’Hôtel de Ville, afin de régler cette question.

La dangerosité en question

Les trottinettes électriques n'ont plus vraiment la cote. L'argument écologique ne semble plus véritablement entrer dans la balance lorsque l'on évoque leur utilisation. C'est plutôt de leur dangerosité dont il est question. En effet, en 2021, 24 personnes sont décédées à la suite d'un accident de trottinette. Depuis juillet 2022, 9 personnes ont trouvé la mort. En outre, le nombre d'accidents impliquant des blessés est en augmentation (+177% depuis 2019 selon Le Parisien). Une étude réalisée par l'Université Gustave Eiffel a démontré que dans 37% des cas, les personnes blessées présentent des lésions à la tête.

Suite à ce constat alarmant, la majorité et le groupe Modem envisagent de refuser le renouvellement du contrat liant la mairie de Paris aux opérateurs Lime, Dott et Tier en février 2023.  "On demande à ce que les contrats ne soient pas renouvelés". L'élue précise qu'il serait important de veiller à renforcer la sécurité entourant l'utilisation des trottinettes électriques. "On demande l'interdiction d'utilisation aux mineurs comme ça se fait dans d'autres villes, notamment à Lyon, et la mise en place par les opérateurs de l'impossibilité technique de démarrer les trottinettes, si vous êtes plus d'une personne. Notre but, c'est de demander à terme l'interdiction des trottinettes en libre-service". Ce ce qu'a annoncé Maud Gatel, présidente du groupe Modem au Conseil de Paris. 

Les élus de droite sont plus mesurés face à cette problématique. Ils demandent un meilleur encadrement face à l'usage des trottinettes électriques. Le groupe de Rachida Dati préconise en ce sens d'équiper les appareils d'une plaque d'immatriculation. Le but c'est de rendre possible la verbalisation des propriétaires en cas d'infraction. Il est  également question d'étendre les zones au sein desquelles la vitesse de circulation sera limitée à 10km/h. Pour Nicolas Jeanneté, élu dans le 15ème arrondissement, il faut que les opérateurs soient enjoints "de demander de scanner la pièce d'identité pour éviter que les mineurs ne prennent ces trottinettes".

Une pression exercée sur les opérateurs

En septembre 2022, David Belliard  (EELV), qui exerce en tant qu'adjoint à la mairie de Paris, avait proféré la menace de ne pas renouveler le contrat passé avec les opérateurs de location de trottinettes électriques en libre-service. Les causes mises en avant étaient : la hausse du nombre d'accidents recensés, le stationnement non respecté des engins, ainsi que le mauvais usage qu'en font les utilisateurs.

David Belliard et Emmanuel Grégoire, premier adjoint (PS) en charge de l'urbanisme, avaient demandé aux groupes d'opérateurs de leur faire parvenir des propositions afin d'améliorer ces dysfonctionnements. Ils avaient donc remis un rapport en ce sens aux élus, en octobre 2022. Suite à quoi les opérateurs ont proposé de contrôler l'identité des usagers, ainsi que l'immatriculation des trottinettes électriques, comme nouvelles mesures. C'est ce qu'a fait savoir Mathieu Faure, directeur marketing de Dott.

Laisser un commentaire

* Champs requis