Maitresse : son coup de foudre pour un enfant de 8 ans sème le chaos !

L'attitude de cette maitresse envers cet enfant choque et affole les Canadiens. On fait le point !

Par Aylan-afir Modifié le 21/10/2022 à 17:32
Notez cet article

En écoutant le long calvaire de cet enfant, on a des frissons. Comment cette maitresse a-t-elle pu agir de cette façon en toute impunité !

Cette maitresse enfin démasquée

17 mois. C’est long… surtout pour un enfant de huit ans. Lorsqu’il finit par confier sa détresse à sa mère, cette dernière tombe à la renverse. Elle était à des millions d’années-lumière d’imaginer que sa maitresse était en réalité une prédatrice. Sans plus attendre, Pausecafein revient sur ce scandale. Dans cette école primaire canadienne, rien ne sera plus jamais comme avant !

Séisme à l’école

Tout commence quand cette maitresse se propose volontaire pour donner des cours particuliers à cet enfant. En effet, vu qu’elle ne l’a plus sous sa responsabilité, elle pourra toujours l’accompagner dans son apprentissage. Les parents sont fous de joie. Ils considèrent que cette enseignante est un cadeau du ciel. De fait, la mère de la victime souligne sa double peine. À priori, à l’instar des comédiennes de cette série, elle n’avait aucune raison de ne pas lui donner "sa confiance".

D’ailleurs, dès qu’il a une bonne note, cette maitresse le congratule à sa manière. Attention, ici, on ne parle pas d’un bon point, banal paquet de friandises ou d’un jouet. Elle prend les devants et sur son temps libre pour l’emmener diner au restaurant. Et si jamais un film au cinéma lui fait de l’œil, elle utilise ses deniers personnels pour le divertir. Hélas, une fois la lumière éteinte, elle va se glisser à ses côtés et démarrer ainsi ses atrocités. Pas la peine de vous faire dessin, c’est suffisamment ignoble comme ça !

La justice atomise cette maitresse

Lors de la pandémie, le garçon finit par craquer et déballer le pot aux roses à sa génitrice. Est-ce normal qu’elle l’embrasse sur la bouche ? Au fur et à mesure, il raconte tous les actes de pédophilie subis contre son gré. Quand on a moins de dix ans, on n’a pas forcément les bons mots de vocabulaire, et encore moins la force de dire non. Pourtant, il va décrire ses maux et se libérer ainsi de l’emprise dévastatrice de sa maitresse.

Au tribunal, le juge tient à saluer son courage. "Déjà, qu’il ait dénoncé, il est un super-héros pour moi". Pas la peine de débattre longtemps puis le verdict suit les réquisitions du procureur. Ça sera 6 ans. Comme le relatent nos confrères du Journal de Montreal, sa stratégie pour parvenir à ses fins choque l’opinion. D’un côté, elle enfile son costume de maitresse irréprochable. De l’autre, elle se transforme en monstre.

La double peine des victimes

Pour la mère de famille, c’est le début de la reconstruction. "Peu importe la sentence, ça n’aurait jamais été assez sévère pour moi, mais je suis soulagée, car le juge a vu clair dans son jeu de manipulation" Quatre ans après le fait, il a du mal à retirer le drame hors de son esprit. D’ailleurs, en plus des nuits sans sommeil, il raconte qu’il a conservé un TOC, celui de se laver les mains plusieurs fois par heure. "C’est comme un barbouillage que j’essaie d’effacer, mais il reste toujours des traces." Beaucoup de courage à lui pour la suite !

Merci à nos confrères du journal de Montréal