Le célèbre “violeur de Mazan” est accusé d’un meurtre commis en 1991

Dominique P, écroué pour avoir drogué et offert son épouse à des dizaines d’hommes, est accusé d'un meurtre commis plus de 30 ans plus tôt.

Par Aylan-afir Publié le 13/01/2023 à 14:37
Notez cet article

Le septuagénaire avait été mis en examen en octobre 2022, à Nanterre. Il était alors accusé d'avoir drogué et livré sa femme à de nombreux hommes. Il serait, cette fois-ci, impliqué dans deux affaires distinctes, dont l’une concerne un meurtre non élucidé.

Le “violeur de Mazan” serait également un meurtrier

Le 12 septembre 2020, Dominique P. est arrêté par les services de police de Carpentras. Il avait été surpris en train de filmer les dessous des jupes de femmes dans un supermarché Leclerc. Lors de sa mise en examen, les enquêteurs révéleront que les hommes "invités à violer" sa femme inconsciente ont été contactés en ligne. Lors d’une perquisition, ils découvriront pas moins de 20 000 photos et vidéos à caractère pornographique sur l’ordinateur de Dominique P.

Âge aujourd'hui de 70 ans, le “violeur de Mazan” aurait, en tout, "convié" 49 hommes à abuser sexuellement de sa femme, alors que celle-ci était inconsciente. Il avait conservé chez lui les noms des violeurs, âgés de 25 à 70 ans. Il les contactait sur des sites de rencontres pour leur proposer “des plans à 3” avec son épouse et lui-même. Comble de l'horreur, Dominique P. filmait l’ensemble des scènes dans lesquelles sa femme se faisait violer par des inconnus. C’est la fille du couple qui a révélé ces détails sordides dans un livre intitulé Et j’ai cessé de t’appeler papa. 

Le septuagénaire avait fait l’objet d’une enquête pour "viol aggravé, agression sexuelle et administration de substances nuisibles". Sa femme, sous l’emprise de puissants anxiolytiques, ne se serait rendu compte de rien. L’expertise psychiatrique de Dominique P. avait conclu que ce dernier “souffrait d’une déviance axée sur le voyeurisme”. Il semblerait aujourd’hui que le septuagénaire, écroué pour le calvaire qu’il a fait endurer à sa femme durant des années, soit lié à deux autres affaires.

Meurtre perpétré en 1991

Le cas de Dominique P. est sur le point de s’aggraver. En plus d'avoir fait subir à son épouse des viols en série, il est accusé dans deux autres affaires judiciaires. La première concerne une tentative de viol à l’encontre d’une femme de 19 ans, non loin de la ville de Nanterre. Il aurait déjà reconnu une partie des faits qui lui sont reprochés. Le deuxième concerne le viol et le meurtre d’une jeune femme, Sophie Narmen, dans la région parisienne. La jeune femme avait été retrouvée morte dans un appartement après avoir été violée. Les faits remontent à 1991. Ici en revanche, Dominique P. nie catégoriquement les faits. Un autre homme avait déjà été reconnu coupable et incarcéré pour ces faits. Il s’est suicidé depuis.

  1. Pour revenir au violeur de Mazen, les services de police pensaient, au départ, avoir mis la main sur un "simple" voyeur, qui importunait les femmes dans un espace public. Après enquête, il s'est avéré que Dominique P. avait également organisé des viols répétés sur sa propre épouse. Les derniers éléments portent à croire qu’il aurait également commis le meurtre de 1991. Un procès aux assises devrait se tenir en 2024 pour faire la lumière sur ces différentes affaires.