Inceste et violences : le cri de cœur de Steffy deux ans après le suicide de son frère Carl, 12 ans

Carl s’est suicidé à douze ans, sa sœur Steffy témoigne des violences qu’il a subies.

Par Aylan-afir Modifié le 26/04/2023 à 12:54
Notez cet article

Steffy est une jeune femme qui raconte régulièrement le calvaire qu'a fait vivre son père à l'ensemble de sa famille. Elle évoque le suicide de sa mère, puis celui de son jeune frère, Carl, des suites des horreurs qu'ils sont tous les deux subies. Victime d'inceste, le petit Carl n'avait que douze ans lorsqu'il a décidé d'abréger ses souffrances.

La tragique histoire de Carl, victime d'inceste et de violence familiale

Le 29 juin 2021, le petit Carl, douze ans, se donne la mort. Il en finissait ainsi avec des années de violences que lui infligeait son propre père. Steffy, sa sœur, témoignait, impuissante, des sévices que son frère subissait durant des années. Le 13 avril 2022, elle publiait sur les réseaux sociaux un post pour rendre hommage à son petit frère décédé. Steffy y confie avoir été victime, elle aussi, de son père à l'âge de douze ans.

Le combat de Steffy pour sauver son frère de son père

Carl est né le 15 avril 2009 au sein d'une famille troublée. Il a deux frères et une sœur. Steffy raconte qu'elle a été victime durant des années d'actes d'inceste de la part de son père. Sa mère assisterait, impuissante, aux sévices infligés à sa fille. Elle finit par demander le divorce en 2011. Malheureusement, d'après Steffy, « le juge aux affaires familiales a prononcé des mesures provisoires. Carl devait aller chez son père 'pédophile' 1 week-end sur 2 et la moitié des vacances », raconte-t-elle ainsi dans sa vidéo.

« Une baignade avec des adultes nus »

Le petit Carl se voit donc dans l'obligation de continuer à passer du temps avec son père. « Lorsqu'il en revenait, nul n'aurait pu imaginer ce qu'il cachait », explique Steffy. Ce n'est qu'en 2015 que Carl révèlera qu'il a été contraint à une « baignade forcée avec des adultes nus ». Sa mère prend son courage à deux mains et se rend à la police, mais sa plainte a été jugée irrecevable. Entre-temps, Carl faisait part à sa mère de son envie de se suicider. C'est finalement la mère de Carl et Steffy qui passera à l'acte en premier. Elle se suicide le 8 avril 2019.

La colère de Steffy contre le laxisme judiciaire  

Après cette tragédie, Steffy obtient la garde de son frère, suite à un long combat judiciaire. Elle dénonce un « chantage » de la part de son père pour récupérer l'enfant. En première instance, Steffy obtiendra bien la garde de son frère. Mais son père fait systématiquement appel de toutes les décisions de justice. Carl est alors en proie à de sombres cauchemars. Il est terrifié à l'idée de devoir retourner vivre chez son père. Le 29 juin 2021, Steffy fera une découverte qui l'anéantira : son petit frère était pendu à l'entrée de leur maison.

« Rien n'a véritablement bougé » 

« Ce soir, le résultat ne me convient pas. Je ne m’en satisfais pas. Je suis malheureuse de voir que rien n’a véritablement bougé, si ce n’est peut-être, la quantité de mes abonnés. Et à ce sujet, je n’ai d'ailleurs pas d’égo à te dire que le peu que j’ai pu faire depuis ton décès, je le leur dois, car ce sont eux qui m’aident au quotidien à porter ta voix », écrit Steffy sur Twitter il y a 3 jours

« J’ai honte de ne pas réussir à me contenter de ce que j’ai aujourd’hui. Mais lorsqu'il s’agit de toi, rien n’est assez. Je n’ai pas réussi à faire se sentir concerné le million de Français que je visais. C'est mieux que rien, c’est vrai, mais ce n’est certainement pas suffisant pour forcer à se retourner qui a autorité actuellement », poursuit la jeune femme.

Numéros verts en France pour aider les victimes d'inceste et de violence familiale

  • Le 119 : numéro national d'appel gratuit pour l'enfance en danger, disponible 24h/24 et 7j/7. Ce numéro permet de signaler une situation de danger ou de maltraitance envers un enfant, y compris des cas d'inceste.
  • Le 3919 : numéro national d'appel gratuit pour les femmes victimes de violence, disponible 7j/7 de 9h à 22h en semaine et de 9h à 18h le week-end. Ce numéro permet de trouver de l'écoute, du soutien et de l'information sur les violences conjugales, mais aussi les violences sexuelles et les violences familiales.
  • Le 0800 05 95 95 : numéro national d'appel gratuit pour les auteurs de violences, disponible 7j/7 de 9h à 19h. Ce numéro permet aux auteurs de violences de trouver une écoute et un accompagnement pour sortir de la violence.
  • Le 17 : numéro d'urgence de la police en cas de danger immédiat.
  • Le 114 : numéro d'urgence pour les personnes sourdes ou malentendantes, accessible par SMS ou fax.

Il est important de rappeler que ces numéros ne sont pas destinés uniquement aux victimes, mais aussi aux témoins ou à toute personne ayant connaissance d'une situation de danger ou de violence. Il est également possible de contacter les associations de lutte contre les violences, les services sociaux, les professionnels de santé ou encore les services de police ou de gendarmer

Voici un bref rappel de cinq affaires de pédocriminalité qui ont changé les lois en France

AffaireDateLieuLois changéesImpact
Affaire Dutroux1996BelgiqueLois sur les crimes sexuels contre les enfantsRenforcement des peines et de la protection des victimes
Affaire d'Outreau2004FranceLois sur les erreurs judiciaires et la protection des mineursRéforme du système judiciaire et renforcement de la protection des mineurs
Affaire du Coral2013FranceLois sur la prescription des crimes sexuels contre les mineursAllongement du délai de prescription et accès à la justice pour les victimes
Affaire Gabriel Matzneff2020FranceLois sur la protection des mineurs et la responsabilité des éditeursPrise de conscience de l'impunité des prédateurs et renforcement de la protection des mineurs
Affaire Olivier Duhamel2021FranceLois sur l'inceste et les violences sexuelles dans la familleRenforcement des peines et de la protection des victimes de violences sexuelles dans la famille