« Il ne l’a pas enterrée profond » : les révélations de l’ex-codétenu de Cédric Jubillar

L’ex-codétenu de Cédric Jubillar affirme que ce dernier lui a avoué son crime. 

Par Aylan-afir Modifié le 21/03/2023 à 20:03
Notez cet article

Voici plus de deux ans que Delphine Jubillar a disparu. Le principal suspect demeure son mari, Cedric Jubillar. Le peintre plaquiste dément toujours toute implication dans la disparition de sa femme.

Un « faisceau d'indices graves et concordants »

Plus de deux ans après la disparition de Delphine Jubillar, les enquêteurs ne sont toujours pas parvenus à faire la lumière sur le sort de la jeune femme. Son époux, Cedric, est toujours mis en examen pour homicide et incarcéré à la prison de Seysses, près de Toulouse. Si les enquêteurs ne détiennent pas de preuves irréfutables incriminant Cédric, ils évoquent toutefois un « faisceau d'indices graves et concordants » accablant le suspect.

Les circonstances précises de la disparition de la jeune infirmière de 33 ans demeurent floues à ce jour. Leur fils, Louis, aurait notamment fait état d'une dispute entre ses parents peu avant que Delphine ne disparaisse. Une couette tachée de sang, des chaises retournées ou en encore des lunettes cassées ont été retrouvées par les enquêteurs au domicile des Jubillar.

Sept à Huit a récemment consacré un numéro à l'enquête à la disparition de la jeune femme. Nos confrères ont recueilli le témoignage de Marco, un homme de 35 ans. Ce dernier est l'ancien codétenu de Cédric Jubillar. Après avoir passé 17 ans en prison pour des faits de violences graves, il a livré sa version pour la première fois.

« Il se prenait pour une star »

Marco, l'ancien codétenu de Cédric Jubillar, a dépeint un portrait surprenant du suspect. « C'était un voisin de cellule. D'un côté, il y avait lui, de l'autre côté, il y en avait un autre. De là, on a fait connaissance, je ne le connaissais pas. On dirait que c'est une star, il se prenait pour une star. Il n'arrêtait pas de taper au mur : "Regarde, je passe à la télé !" Il m'a dit : "Mes autographes vont valoir de l'argent plus tard". Il criait qu'il voulait sortir parce qu'il n'y a pas de preuves. Pas, "je suis innocent". Il disait : "Il n'y a pas de preuves contre moi" ». 

Delphine Jubillar a disparu alors qu'elle venait de tomber amoureuse d'un autre homme, rencontré sur internet. Elle avait ainsi exprimé sa volonté à son mari de divorcer. Ce dernier n'aurait pas accepté cette idée et aurait menacé de mort son épouse. Les enquêteurs sont à ce jour convaincus que Jubillar est bien passé à l'acte et a assassiné cette dernière.

« J'ai pété les plombs et je m'en suis débarrassé »

Toujours selon son ex-codétenu, Marco, Cédric Jubillar aurait confessé son crime. « Je vais me coucher et je vois que je n'ai plus de batterie. Qu'est-ce que je fais ? Je vais chercher mon chargeur. Je lui réponds : "ouais". Il me dit : "tu vois pas qu'elle était en train d'envoyer des messages à son amant". Et il me dit : "je lui ai arraché le téléphone et c'est là que j'ai vrillé. J'ai pété les plombs et je m'en suis débarrassé, » témoigne-t-il.

« Il m'a dit : "on m'a prêté une voiture pour que je puisse m'en débarrasser", précisant que le "on" serait son frère d'enfance ». « C'est comme un frère, même si génétiquement, il n'a pas de frère, mais c'est quelqu'un qui peut compter sur lui », affirme encore Marco. « Il m'a dit aussi qu'il avait mis des sacs plastiques dans les pieds parce qu'il n'est pas assez stupide pour laisser des traces », ajoute-t-il.

Une version des faits qui contredit radicalement celle que Jubillar a livrée aux enquêteurs. Il continue en effet de clamer qu'il ne sait pas ce qui est arrivé à son épouse le soir de sa disparition.

Laisser un commentaire

* Champs requis