Fusillade à Paris : le suspect, un homme de 69 ans, voulait “s’en prendre à des étrangers”

Un homme de 69 ans a ouvert le feu sur plusieurs personnes au cœur de la capitale française, faisant au moins 3 morts et plusieurs blessés. Ce que l’on sait de cette attaque…

Par Aylan-afir Modifié le 23/12/2022 à 23:37
Notez cet article

Le 23 décembre, aux alentours de midi, une fusillade a été enregistrée à proximité du centre culturel kurde, dans le 10e arrondissement de Paris. Bilan de cette attaque à l'arme à feu : 3 morts (une femme et deux hommes) et trois blessés. Les victimes seraient toutes des militants kurdes. Le suspect est un homme de 69 ans arrêté dans la journée même dans le 10e arrondissement, à Paris.

Après cette attaque à l'arme à feu, de violentes manifestations ont éclaté à Paris, notamment après la venue du ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin. En colère, beaucoup de membres de la communauté kurde se sont dirigés vers le centre culturel Ahmed Kaya, lieu de la tragédie, pour rendre hommage aux victimes. A Marseille mais aussi à Strasbourg, devant la gare éponyme, des centaines de manifestants se sont donné rendez-vous via les réseaux sociaux, pour exprimer leur soutien aux victimes. De violents accrochages avec la police ont été également signalés, notamment à Paris et à Marseille.

Réagissant à cette sinistre nouvelle, le président Emmanuel Macron a dénoncé une "odieuse attaque" contre "les Kurdes de France". Le ministre de l'Intérieur, Gérald Darmainin, s'est, quant à lui, déplacé sur place, soulignant que le suspect avait "manifestement agi seul". La Première ministre, de son côté, dénonce "un acte odieux".

Le Conseil culturel kurde dénonce "une attaque terroriste"

Pour sa part, l'avocat du Conseil culturel kurde en France, David Andic, dénonce, "une attaque terroriste", lors d'une conférence de presse organisée aussitôt après la fusillade. Il exhorte les autorités françaises à prendre en compte ce motif dans l'enquête. "Nous attendons des autorités françaises que toute la lumière soit faite sur cette affaire", a-t-il insisté. Aux dernières informations, le Parquet antiterroriste examine la thèse de l'attentat terroriste.

Ce que l'on sait du suspect

Dans la journée même, la police a procédé à l'arrestation du suspect qui serait connu des services de sécurité. Ce sont des coiffeurs qui auraient interpellé en premier le présumé assaillant, avant son arrestation par les services de sécurité. Selon Le Monde, ce dernier était impliqué dans une affaire de violence, en 2016, et plus récemment dans une "tentative d'homicide dans un camp de migrants". Il aurait été d'ailleurs libéré, mais placé sous contrôle judiciaire en attendant son procès. Selon certaines sources, le sexagénaire, qui se définirait ouvertement comme "raciste, disait vouloir "s'en prendre (à nouveau) aux étrangers". En attendant d'en savoir plus sur cette tragédie, les voix de tous bords se joignent pour dénoncer un acte "raciste" et soutenir les familles des victimes et la communauté kurde.

Laisser un commentaire

* Champs requis