Retrouvez nous aussi sur

0

Partages

50.7K

Vues

Cette femme pointe ce qui fait la différence entre un homme et un violeur

Publié dans par La Rédaction

"La seule différence, c'était de savoir si oui ou non les hommes pensaient que c'était correct de m'agresser."

Très souvent et malheureusement, lorsque l'on parle de viol viennent avec les reproches à la victime. Ce qu'elle portait comme vêtements, son attitude, si elle avait bu ou non, la personne avait-elle une attitude de flirt, …

C'est pourquoi l'humoriste Mara Quint a décidé de raconter toutes les fois où elle ne s'est justement pas fait violer, en détaillant sur les vêtements qu'elle portait à ce moment, ou si elle avait bu ou non. Pourquoi ? Pour faire comprendre que si elle ne s'est pas fait violer, ce n'est pas parce qu'elle portait si ou ça, qu'elle avait bu ou pas, mais tout simplement si l'homme qu'elle avait en face d'elle comprenait ce qu'était le consentement (ou pas).

 

 

 

mara, portrit, photo, twitter

Source : Twitter

 

Source : Twitter

 

1.

 

Je veux vous raconter une histoire : un jour au lycée, alors que je manquais de confiance en moi, j'ai décidé de mettre un haut serré et un rouge à lèvres foncé que je ne portais pas d'habitude. Je suis allé à une soirée et j'ai bu quelques verres de mauvais vin. Un homme m'a demandé si je voulais partir, j'ai répondu peut-être. Il a alors dit : « Peut-être? Peut-être, ce n'est pas un oui . » Et je suis rentrée chez moi ce soir-m), sans me faire agresser, parce que je n'ai pas parlé à un violeur lors de cette soirée.

 

2. 

 

Une autre histoire : je suis sortie boire un verre avec des amies dans un bar quelques années plus tard. Je flirtais avec un gars. Il m'a attrapé la main, m'a tiré dehors dans une ruelle et m'a embrassé fort puis m'a regardé et m'a dit : "Oui ?". Je n'ai pas répondu.

Il a ajouté : "Retourne à l'intérieur alors", peut-être était-il irrité, mais le pensait vraiment. Alors je suis retournée à l'intérieur. 

Il n'y avait pas de violeurs dans ce bar.

 

3.

 

Un jour, un gars et moi flirtions. Il m'a invité à venir chez lui. J'y suis allé et on s'est embrassés. Je lui ai dit que j'aimais ça, il a enlevé ses vêtements, je l'ai touché. Il a essayé de me déshabiller, j'ai résiste. Alors il m'a dit : "On dirait que tu n'aimes pas ça. J'ai n'ai rien répondu à part un "Euh...".

Il m'a alors dit : "Non, c'est plaisant que si tu le veux."

Je lui ai répondu que j'étais désolée, il m'a dit que ça allait. Je suis partie, sans me faire violer. J'ai eu de la chance, je n'avais pas rencontré de violeur cette nuit-là.

 

 

 

Mara Quint conclut : 

"Je me suis fait agresser, mais il m'est aussi arrivé de ne pas me faire agresser. La différence ne semblait pas être dans ce que je portais, ou à quel point j'étais dragueuse ou encore combien de verres je buvais. La seule différence, c'était de savoir si oui ou non les hommes pensaient que c'était correct de m'agresser."

 

Source : Twitter

 

 

 

Une façon très intéressante d'expliquer les choses !

Partager

publié dans

femme

Vos amis sont déja sur Pause Cafein

Rejoignez les !

COMMENTER AVEC FACEBOOK

rejoignez nous sur facebook

Nous écrivons des articles comme celui-ci tous les jours !

pausecafein
^