Déclaration fiscale : pourquoi déclarer les intérêts de votre compte d’épargne pourrait vous éviter de gros ennuis

Une question anodine mais qui peut significativement impacter votre patrimoine financier

Par Aylan-afir Modifié le 26/05/2023 à 14:33
Notez cet article

Si vous faites partie des 55 millions de Français qui possèdent un compte d'épargne, alors cet article est pour vous. Vous y découvrirez en effet tout ce qu'il faut savoir sur les intérêts des livrets d'épargne et si oui ou non vous devez les déclarer aux . Tous les détails sont à découvrir dans la suite de ces lignes.

Faut-il déclarer les intérêts des comptes d'épargne ?

En termes de déclarations fiscales, beaucoup de Français s'emmêlent les pinceaux et ne font pas toujours le nécessaire, au risque de se retrouver en infraction. Il est donc important de bien connaître les catégories de revenus que nous devons déclarer aux impôts. C'est dans ce contexte que nous allons nous pencher sur les intérêts des livrets d'épargnes. Notamment les livrets A, le LDDS et le LEP.

55 millions d'épargnants en France

Dans le détail, les options les plus populaires auxquelles se réfèrent les Français pour épargner sont le livret A, le livret d'épargne populaire et le livret de développement solidaire et durable. Ces comptes sont avantageux puisqu'ils proposent des taux de rémunération attractifs. Le livret A et le LDDS rémunèrent à hauteur de 3% tandis que le LEP propose un taux d'intérêt de 6%.

Les intérêts soumis à imposition ?

La question que beaucoup se posent, c'est est-ce qu'il faut nécessairement déclarer les intérêts provenant de comptes d'épargne aux impôts ? Vous devez savoir que les intérêts perçus sur vos comptes d'épargne sont considérés comme étant des revenus. Vous devez donc les déclarer, au risque de vous retrouver en situation d'infraction et de faire face à de lourdes sanctions financières.

Les recommandations de MoneyVox

Il est toujours recommandé de déclarer les intérêts pour éviter d'éventuels problèmes avec l'administration fiscale. Il est aussi utile de consulter un conseiller financier ou un expert comptable. Ceci afin de connaître les procédures à suivre et qui correspondent au mieux à la situation de chacun. Par ailleurs, et selon MoneyVox, il n'est pas nécessaire de déclarer les intérêts sur les comptes réglementés. Cette donnée s'applique aux déclarations de revenus et aux cotisations sociales. Ainsi, vous n'aurez pas besoin de déclarer ces intérêts sur votre déclaration après le 31 décembre.

Quels sont les comptes d'épargne dont les revenus sont imposables ? 

D'un autre côté, le PEL et le CEL sont des types d'épargne réglementés qui sont généralement utilisés dans les projets immobiliers, et pour lesquels la déclaration de revenus va s'avérer plus complexe. Et ce, depuis les changements fiscaux de 2018. Les intérêts gagnés sur ces comptes sont désormais imposables. C'est le cas aussi pour les PEL ouverts avant le 31 décembre 2017 et de plus de 12 ans.

Aperçu détaillé de tous les comptes d'épargne imposables en France

On vous recommande de consulter un conseiller fiscal ou un expert-comptable pour comprendre pleinement les implications fiscales de vos comptes d'épargne. Aussi, la loi fiscale peut changer, donc ce qui est vrai aujourd'hui pourrait ne pas l'être demain. Il est donc important de rester informé des dernières actualités fiscales. Voici tous les comptes d'épargne dont les revenus sont imposables en France :

  • Compte d'épargne in fine (CEI) : il s'agit d'un type de compte d'épargne où les intérêts sont calculés et capitalisés mais ne sont versés qu'à la fin de la période d'épargne. Les intérêts perçus sont imposables.
  • Compte à terme (CAT) : un compte à terme est un dépôt d'argent à la banque pour une durée définie. Les intérêts gagnés sur un compte à terme sont généralement imposables.
  • Compte courant d'associé : dans certaines entreprises, les associés peuvent ouvrir un compte courant d'associé. Les intérêts perçus sur ce compte sont imposables.
  • PEL après 12 ans : le Plan d'Epargne Logement (PEL) devient imposable après 12 ans.
  • Assurance-vie : les revenus générés par les contrats d'assurance-vie sont soumis à l'impôt, même si certaines exemptions peuvent s'appliquer en fonction de l'âge du contrat et des montants versés.

Laisser un commentaire

* Champs requis