Accident de Pierre Palmade : les premiers mots déchirants de la victime qui a perdu son bébé

La femme enceinte qui a perdu son bébé de 7 mois témoigne.

Par Aylan-afir Publié le 17/02/2023 à 11:36
Notez cet article

Vendredi 10 février, sous l'emprise de drogues, l'humoriste Pierre Palmade prend le volant et provoque un tragique accident non loin de chez lui, en Seine-et-Marne. Bilan : trois personnes grièvement blessées et le décès d'un bébé de sept mois.

Une des victimes est une jeune femme de 27 ans, enceinte au moment des faits. Ayant perdu son bébé dans l'accident tragique, elle témoigne.

Drogué, l'humoriste provoque un terrible accident

L'accident, survenu vendredi 10 février, sur la départementale de Seine-et-Marne n'a pas fini de faire du bruit. Palmade, actuellement en garde à vue prolongée, était sous l'emprise de cocaïne au moment des faits. Aux environs de 19 heures ce jour-là, il prend sa voiture pour se rendre au . Il n'y arrivera jamais.

Il percutera de plein fouet un véhicule venu dans le sens inverse, et le bilan est lourd. Les trois passagers à bord du véhicule finissent gravement blessés. Le conducteur âgé de 38 ans a dû subir de nombreuses opérations. L'enfant âgé de 6 ans est resté plusieurs jours dans le coma. Et la jeune femme enceinte a perdu son bébé.

Le comédien a adressé quelques mots de regrets aux victimes, se disant honteux et rongé par les remords. Palmade a précisé aux enquêteurs qu'il ne se souvenait pas de l'accident, mais qu'il était sincèrement désolé. « Il est catastrophé, il a honte. Il assumera toutes les conséquences de ses actes avec la conscience terrible qu'il ne pourra jamais réparer le mal qu'il a fait », déclare la sœur de Palmade dans un communiqué.

L'enquête sur l'accident avance

Pierre Palmade, complètement sonné après l'accident, n'a pas tardé à sombrer dans l'inconscience. D'abord hospitalisé au Kremlin-Bicêtre, il a été transféré à l'hôpital de Melun où il est en garde à vue prolongée depuis mercredi. Quant aux deux passagers qu'il transportait, ils sont en garde à vue au commissariat de la même commune. Rappelons que l'humoriste et ces deux hommes ont consommé différentes drogues et eu des relations sexuelles.

Selon l'enquête, il s'agit d'un Français déjà connu des services de police et d'un Marocain. Les deux étaient sur les lieux de l'accident, mais ont pris la fuite avant l'arrivée des secours. Heureusement, les forces de l'ordre ont fini par les appréhender.

« Mon bébé, mon bébé… », la femme s'effondre 

Me Mourad Battikh est l'avocat des trois victimes de l'accident. Lors d'une conférence de presse qui s'est tenue mardi 14 février, il s'est exprimé en leur nom et a rapporté le témoignage poignant de la jeune femme qui a perdu son bébé.

Concernant le petit garçon de 6 ans, l'avocat rapporte qu'il a « la mâchoire fracturée, il est défiguré ». Il ajoute que les trois passagers garderont des séquelles physiques très importantes. « Encore plus pour l'enfant et le conducteur, compressé entre le fauteuil et le volant. Mais je crois que les séquelles psychologiques seront plus importantes », dit-il aux journalistes.

Parlant de la jeune femme, l'avocat révèle qu'elle rentrait d'une visite faite à sa belle-famille et que son beau-frère, le conducteur, a proposé de la raccompagner chez elle. « La passagère a un souvenir traumatique en trois étapes. Elle se souvient d'abord des phares éblouissants arrivant de pleine face. Elle se souvient ensuite du coup de volant donné par le conducteur pour tenter d'éviter le véhicule qui leur fonçait dedans », précise Me Battikh.

Il ajoute que la jeune femme se souvient être sortie de la voiture et avoir tenté d'aller à l'arrière pour sauver le passager. « Mais elle s'est effondrée, n'ayant plus de force, en pensant instinctivement à son bébé, hurlant à plusieurs reprises ».

Après avoir été très vite prise en charge par les secouristes, la jeune femme a passé un scanner. L'avocat rapporte que les médecins ont trouvé « de multiples côtes cassées, des vertèbres abîmées et une entorse au cou ». Il ajoute que les chirurgiens ont « procédé à une césarienne en urgence, alors que la date d'accouchement était prévue le 15 mai ».

Le bébé n'y survit pas, et tous les remords de Palmade ne pourront rattraper cela...

Laisser un commentaire

* Champs requis